Transformer ses émotions négatives en actions positives

Transformer ses émotions négatives en actions positives

Transformer ses émotions négatives en actions positives ? C’est possible ! Voici 4 astuces pour mieux gérer ses émotions et gagner en sérénité

Dans l'article Apprendre de ses émotions négatives, nous avons appris à identifier, accepter et comprendre nos émotions négatives. Maintenant, nous allons pouvoir prendre des dispositions concrètes pour en faire quelque chose de positif. La clé, c’est de vous demander : « Qu’est-ce que cette émotion négative révèle sur moi ? Qu’est-ce que je peux faire pour éviter de la revivre à l’avenir ? » En vous posant ces questions, vous allez tomber sur deux types d’action : celles à initier pour mieux vivre ses émotions difficiles ; celles qui vont directement traiter la cause des émotions négatives.

1. Connectez-vous à vos émotions
Dans le rythme effréné de nos vies, on dispose finalement d’assez peu de temps pour faire connaissance avec soi-même. Dit ainsi, ça peut sembler un peu lunaire, mais dans les faits : connaissons-nous vraiment notre mode de fonctionnement ? Sommes-nous à l’écoute de notre corps, de nos émotions, et des messages qu’ils nous indiquent ? Sommes-nous capables d’identifier les schémas récurrents dans notre vie ? Ce qu’indique de nous nos réactions face à une émotion négative ?

Si vous avez répondu systématiquement « non » à ces questions, on vous rassure : vous n’êtes pas le seul ! Car se connaître et se connecter à ses émotions est un travail de longue haleine. Cela demande de l’entraînement. La méditation est un excellent moyen de se connecter à ses émotions, d’appuyer sur pause un temps dans la journée, pour se recentrer, se connecter à soi et essayer de comprendre où est-ce qu’on en est. Les loisirs créatifs peuvent aussi aider à mettre des images, du son, de donner des formes à nos émotions pour parvenir à mieux les cerner. Enfin, consigner tout cela dans un journal de nos émotions peut aussi être d’une grande aide. Trouvez la méthode qui vous convient le mieux, et entraînez-vous au fil des semaines. Ce travail d’écoute de soi est indispensable pour pouvoir entendre et comprendre ses émotions négatives, afin de les transformer en actions positives.

 

2. Tenez un journal de vos émotions
Pour être plus à l’écoute de vos émotions, tenir un journal de bord est une excellente idée. Alors, on vous rassure, on ne va pas vous demander de consigner religieusement chaque soir vos aventures de la journée ! Il s’agit d’avoir toujours un petit carnet avec vous, pour y inscrire vos ressentis, dès qu’une émotion négative surgit. Première étape : essayez de mettre un nom sur la ou les émotions « Je ressens de la tristesse », « Je ressens de la colère ». Ensuite, essayez d’écrire la ou les causes de ce ressenti « Je suis triste parce que je me sens mal dans ma peau » ; « Je suis en colère après m’être disputé avec mon ou ma partenaire ».

Dernière étape : essayez d’écrire, face à cette émotion et sa cause, l’action que vous pouvez initier pour rebondir sur ses émotions : « Je suis triste parce que je me sens mal dans ma peau », vous pouvez pratiquer l’auto-louange pour vous apaiser, faire une liste de vos atouts en vous inspirant des compliments qu’on vous fait, ou plus concret,  vous réserver une session massage ou hammam, vous (re)mettre au sport, prendre rdv avec un naturopathe... Dans notre second exemple « Je suis en colère après une dispute », vous pouvez essayer de faire redescendre la pression en faisant une séance de méditation, en vous défoulant au sport. Et/ou de manière plus concrète, vous pouvez tenter de rouvrir le dialogue en utilisant la communication non-violente, faire un atelier de gestion de la colère avec un sophrologue si c’est une difficulté récurrente, ou mettre à l’écrit les arguments de chacun dans le conflit pour essayer d’y voir plus clair.

 

3. Cultivez votre jardin intérieur... avec exigence

La covid-19 en a été le parfait exemple : à aller à la pêche aux informations à droite à gauche, on finit par faire le plein d’informations – plus ou moins vérifiées – jusqu’au trop plein. Cela crée de l’anxiété, une sensation d’être dépassé par la situation. De plus, cela vient « parasiter » votre flux de pensée, et peut participer à vous couper de vos émotions : à chaque nouvelle information, un nouveau ressenti survient, et ça s’accumule tout au long de la journée… Et c’est ainsi qu’on se retrouve face à des émotions négatives, sans comprendre ce qui là-dedans, est l’élément déclencheur. Evidemment, on ne vous dit pas de couper toute source d’informations, mais de prendre du recul.

Choisissez un ou deux médias favoris, et ne consultez que ceux-ci. Limitez votre temps exposé à la télé, à la radio, limitez les notifications sur votre téléphone. Vous informer avec des sources de qualité, c’est la meilleure manière de vous éduquer et d’élever vos réflexions. Si vous vous connaissez une grande empathie, gardez votre énergie pour vous impliquer uniquement dans les problèmes et les conflits qui vous touchent directement. Ne faites pas de tout une affaire personnelle et ne portez pas sur vos épaules les inquiétudes des autres, vous risquez de vous épuiser, et de ne plus savoir ce qui vous appartient. En cultivant votre jardin intérieur et en prenant des précautions pour limiter le trop plein, vous vous débarrasserez d’émotions négatives qui ne sont pas votre fardeau, et quand elles surgissent malgré tout, vous pourrez plus facilement retracer leur cause pour agir.

4. Faites entendre votre voix pour suivre votre voie

En dehors de la pandémie mondiale – car non, ce n’était pas suffisant – les conflits sociaux et les signaux d’alertes sur l’environnement ont induit du stress, de la tristesse, parfois de la colère chez beaucoup d’entre nous. Et si, la meilleure manière de traduire ces émotions en actions était de faire entendre votre voix ?

Cela peut être au sens littéral, en participant à des manifestations, en créant une pétition, ou en écrivant une lettre ouverte. Vous pouvez aussi passer à l’action, en rejoignant une association, ou en prenant part à des événements militants : une table ronde pour lutter contre le racisme, une collecte de denrées pour les personnes dans le besoin, un ramassage de déchets en bord de mer. Vous transformez ainsi vos émotions négatives en actions positives pour vous, mais aussi, pour la cause qui vous tient à cœur.

Faire entendre sa voix est une bonne manière de créer du positif à partir d’émotions négatives, à la fois face à ce qui vous chagrine dans l’actualité, mais aussi face à vos proches. En cas de conflits, au travail comme à la maison, le meilleur moyen de transformer la colère et la tristesse ressenties est d’ouvrir un dialogue sincère et bienveillant. Toujours en vous appuyant sur la communication non-violente, exprimez-vous sur vos émotions et offrez une écoute de qualité à vos interlocuteurs. Essayez d’analyser les points de tension et d’en discuter dans le calme et de manière productive. Bien évidemment, ça ne marche pas à tous les coups, mais d’exprimer vos émotions, de recevoir celles des autres, c’est la meilleure manière d’adopter une solution constructive qui favorisera le bien-être de chacun.

Vous l’aurez compris, transformer ses émotions négatives en actions positives, c’est possible. C’est un dialogue avec soi-même, pour mieux cerner ses émotions, distinguer celles qui nous sont plus difficiles, trouver des manières de les gérer pour gagner en sérénité. C’est un cheminement qui peut prendre du temps et demander de la persévérance. A la clé ? Une relation apaisée avec vous-même, qui vous permettra de vous épanouir dans tous les pans de votre vie, tant personnels, que professionnels.