Journée mondiale de la santé mentale 2021 : conseils et évènement mindDay

06/10/21 19:23 | Actualités Journée mondiale de la santé mentale 2021 : conseils et évènement mindDay

Chaque année, la journée mondiale de la santé mentale se déroule le 10 octobre. Son objectif ? Rompre les tabous et mettre en lumière les problématiques liées au bien-être mental dans le monde.

Comme chaque année, ce 10 octobre se tiendra la journée mondiale de la santé mentale. Un temps fort pour mettre en lumière un sujet encore tabou, dans un contexte où plus que jamais, le bien-être mental est devenu un enjeu de santé publique. A l’approche du jour J, mindDay vous propose un petit bilan de la santé mentale en France, des conseils d’expert pour développer son bien-être, et un atelier le 12 octobre consacré aux premiers secours psychologiques. Suivez le guide !

La santé mentale : de quoi parle-t-on ?

La journée mondiale de la santé mentale, c’est l’occasion de mettre sous les feux des projecteurs le sujet de la santé mentale. Mais sous ce terme utilisé parfois à tort et à travers, de quoi parle-t-on exactement ?

Selon la Constitution de l’OMS, la santé mentale se définit comme « Un état de bien-être dans lequel une personne peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et contribuer à la vie de sa communauté. »

L’OMS ajoute par ailleurs : « La santé mentale [...] est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. » On ne qualifie donc pas quelqu’un « en bonne santé mentale » juste parce qu’il ne souffre pas de dépression ou de burn-out. Il s’agit d’être bien dans son corps, dans sa tête, dans son environnement social, professionnel et affectif.

 

Le bien-être et la santé mentale en France : petit état des lieux 2021

La journée mondiale de la santé 2021 prend place dans un contexte particulier : la pandémie de Covid-19 a secoué la Terre entière, nos modes de vie, notre économie, et elle a été pour beaucoup source de mal-être, de remise en question, d’isolement. Un état qui se confirme à travers les chiffres de mars 2021 de l’Ifop :

  • 30 % des Français déclarent ne pas avoir le moral
  • 47 % jugent leur vie difficilement supportable sur le plan psychologique, à la suite du second confinement.
  • 40 % des Français souffrent d’anxiété
  • 46 % se plaignent de troubles du sommeil
  • 22 % sont sujets aux troubles dépressifs. 

Le moral des français a ainsi continué de baisser jusqu’en août, avant de remonter légèrement en septembre, comme le démontre l’enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages de l’Insee : l’indice de confiance des ménages augmente et atteint 102 points, contre 99 en août.

Les 27 et 28 septembre derniers se sont tenues les Assises de la Santé Mentale, qui ont vocation à mettre en lumière les troubles évoqués ci-dessus et y apporter des solutions. Des mesures fortes en sont sorties pour améliorer le bien-être mental des Français, parmi lesquelles :

  • La prise en charge d’un forfait de séances chez le psychologue pour tous
  • Le développement des formations aux premiers secours en santé mentale
  • Une augmentation des effectifs des centres médico-psychologiques sur 3 ans
  • La création de 12 postes d’enseignants chercheurs en psychiatrie d’ici 2025

 

Quand le respect des droits influe sur la santé mentale

La journée mondiale de la santé mentale prend place le 10 octobre, en plein cœur des Semaines d’information sur la santé mentale (SISM), qui se déroulent du 4 au 17 octobre 2021. Parmi les temps forts de ces deux semaines, le Sommet mondial sur la santé mentale, qui s'est déroulé à Paris les 5 et 6 octobre. L’objectif ? Renforcer la mobilisation internationale autour de la santé mentale, promouvoir le respect des droits et valoriser les expériences innovantes à l’international.

Alors concrètement, qu’est-ce que ça veut dire ? En tant que citoyen, nous avons tous droit à la santé, à la sécurité, et au respect de nos libertés individuelles. Quand nos droits ne sont pas respectés, cela peut perturber notre santé mentale, notamment chez les personnes souffrants de troubles psychiques, comme le souligne l’argumentaire des SISM

« Si je vis avec des troubles psychiques, le non-respect de mes droits [...] peut aggraver mes problèmes de santé mentale. Les personnes concernées par les troubles psychiques sont souvent confrontées à la stigmatisation, ce qui accroît les risques de violation de leurs droits […]. Lutter contre les discriminations et garantir le respect des droits, c’est reconnaître et promouvoir la pleine citoyenneté de chaque personne. »

La journée de la santé mentale 2021 aura donc vocation à sensibiliser et à informer, à la fois les professionnels de santé et les usagers, sur les droits de chacun, les impacts sur la santé mentale lorsque ceux-ci ne sont pas respectés, notamment chez les personnes souffrant de troubles psychiques. Face à cette problématique, mindDay souhaite apporter sa pierre à l'édifice en participant à la démocratisation du bien-être mental. Comment ? En vous offrant une formation de sensibilisation aux gestes de premiers secours psychologiques mardi 12 octobre de 11h30 à 13h. Inscrivez-vous à cet événement inédit et apprenez à repérer et adopter les bons réflexes de premiers secours psychologiques !

 

Prendre soin de sa santé mentale : comment s’y prendre ?

Si le tableau que nous avons dressé plus tôt dans l’article peut se révéler un peu sombre, les évènements comme la journée mondiale de la santé mentale nous montre que des initiatives peuvent être prises, qu’il existe des solutions, des bonnes pratiques. Tout n’est pas perdu, loin de là ! 

Preuve en est que le secteur du bien-être mental se développe de manière exponentielle en France : les français s'intéressent de plus en plus à ce sujet et des solutions innovantes émergent : les applications de méditation guidée, le développement de la réalité virtuelle pour proposer des expériences bien-être innovantes, mais aussi le développement de plateformes bien-être dédiées aux professionnels, à l’image de mindDay. Notre volonté ? Accompagner les managers et les collaborateurs pour développer leur bien-être mental au quotidien.

3 gestes pour prendre soin de son bien-être et de sa santé mentale

 1. Rééquilibrez votre hygiène de vie

Un conseil qui peut sembler simple, et pourtant, dans nos rythmes de vie effrénés, on a vite tendance à s’oublier. Or, une bonne hygiène de vie est une condition indispensable à notre santé mentale : il faut prendre soin de vous et de votre organisme pour que toutes les conditions nécessaires à votre épanouissement soient réunies. 

Cela passe tout d’abord par un sommeil de qualité. Pour favoriser l’endormissement et l’éveil, privilégiez des heures de coucher et de réveil fixes, si vous le pouvez. Ensuite, cela passe par l’alimentation : tentez de limiter les stimulants, de manger à heures fixes, et d’adopter une alimentation équilibrée. Enfin, le dernier ingrédient d’une bonne hygiène de vie, c’est l’activité physique : l’Anses recommande ainsi de faire 30 minutes d’activité physique d’intensité modérée à élevée, à raison de 5 jours par semaine. Dis comme ça, ça paraît énorme, mais en réalité, une marche rapide ou un trajet en vélo peuvent suffire !

2. Entretenez vos relations sociales

Les relations sociales sont un autre facteur important de notre santé mentale. Ainsi, prenez soin de vos relations : entretenez-les, appelez vos proches, organisez des moments ensemble. Bien sûr, on ne vous dit pas qu’il faut copiner avec la Terre entière : pas besoin d’avoir mille « amis », un petit cercle de proches sur qui vous pouvez compter, et avec qui vous aurez le temps de développer vos relations suffit. Par ailleurs, entretenir son réseau social, c’est aussi parfois faire le tri, en stoppant les relations toxiques.

Quand vous passez du temps avec votre entourage, l’important est de créer des moments de qualité. Pour se faire, placez-vous en écoute active. Vous recevez ce que vous confie l’autre, vous participez activement à l’échange. Vous pouvez ainsi utiliser la communication non-violente pour faire passer des idées, des messages, ou simplement débattre d’un sujet. Cela peut être un véritable outil pour des relations saines et bienveillantes, et de ce fait, un bon appui pour favoriser le bien-être et la santé mentale de tous.

Autre point important : ne pas accepter l’isolement. En cas de moments difficiles, tournez-vous vers vos proches, demandez de l’aide, ne restez pas seul. Si l’isolement en lui-même est le motif de vos maux, il faut agir. Notamment après les périodes de confinement, qui ont eu tendance à entretenir la solitude subie par certains d’entre nous.

Cela peut demander un véritable travail sur soi, qui demande du temps, éventuellement de l’aide, mais les bénéfices sont immédiats. Essayez de  prendre les devants, inscrivez-vous dans un club sportif ou de loisirs, proposez-vous comme bénévole pour une association, ou si vous êtes plus à l’aise à distance, participez à des meet-up en visio, ou tout simplement, à des appels avec votre famille !

 

3. Apprenez à maîtriser votre stress

Vous êtes stressé.e ? Vous êtes loin d’être seul.e ! Selon un sondage Opinion Way de 2017, près de 9 Français sur 10 éprouvent du stress. Toujours selon cette étude, 55 % des Français trouvent du réconfort dans le sport, 45 % dans les techniques de relaxation (méditation, yoga...), 29 % recourent aux médecines douces, 28 % trouvent de l’apaisement dans le dialogue avec l’entourage. Autant d’options qui peuvent vous aider à gérer votre stress !

Attention néanmoins, une gestion saine du stress ne consiste pas à courir chez son sophrologue ou à la salle de sport à chaque pic de stress. C’est un travail de longue haleine, qui doit se pratiquer au quotidien. Pour prévenir le stress, l’idéal reste d’en limiter les causes quand on le peut. Autrement, il faut trouver des techniques qui nous permettent d’avancer plus sereinement au quotidien. Il existe d’excellents exercices de respiration pour apaiser son stress, tels que la respiration en 3 temps. 

Installez-vous au calme, dans une position qui vous est confortable, puis respirez de manière normale. Concentrez-vous sur votre souffle. Ensuite, essayez de respirer en trois temps : en gonflant d’abord le ventre (sous le nombril), puis la région du diaphragme (entre le nombril et la poitrine), puis le thorax. Faites le chemin inverse pour expirer. Afin d’avoir une respiration équilibrée, essayez d’inspirer sur 3 à 5 temps, et d’expirer au même rythme. Faites durer l’exercice 5 minutes, en accordant toute votre attention à votre souffle.

Enfin, si votre stress persiste, n’hésitez pas à demander de l’aide. Vous pouvez en parler à un proche, à votre médecin traitant, ou vous tournez vers un psychologue ou un sophrologue.

 

3 bons réflexes pour développer le bien-être mental au travail

 1. Détectez les signaux du surmenage et du burn-out

Le burn-out est devenu un véritable problème de santé publique au fil des années, et après la crise sanitaire, ce constat est plus vrai que jamais. Selon une étude Opinion Way pour Empreinte Humaine réalisée en mai 2021, 44 % des salariés Français sont en détresse psychologique. Chiffre encore plus inquiétant, 2 millions de salariés sont en burn-out sévère.

Pour favoriser le bien-être mental au travail, soyez donc vigilants aux signes de burn-out, chez vous, comme chez vos collègues :

  • Fatigue physique, psychique et émotionnelle
  • État douloureux (dos, nuque, articulations)
  • Tendance à l’isolement
  • Baisse de confiance en soi
  • Anxiété 
  • Troubles de la concentration et de la productivité
  • Incapacité à travailler
  • Absentéisme

Si vous vous reconnaissez dans ce descriptif, il est nécessaire d’aborder la question avec un professionnel de santé pour initier un accompagnement.

 

2. Encouragez le dialogue avec vos collègues

La santé mentale au travail n’est pas uniquement conditionnée par la charge de travail qui nous incombe. L’environnement social joue également un rôle crucial dans notre bien-être mental au travail. Des tensions entre collègues, des incompréhensions, voire des conflits vont favoriser l’apparition de troubles psychologiques. Pour vous protéger, et pour protéger vos collègues, encouragez le dialogue. Nous l’avons évoqué plus haut, cela peut notamment passer par la communication non-violente.

Chacun doit pouvoir exprimer ses besoins, ses opinions, ses ressentis librement et avec bienveillance. Une communication fluide permet ainsi de prévenir certaines situations à risque : ne pas se surmener en apprenant à dire non, demander de l’aide ou accepter l’aide proposée, savoir dire qu’on ne sait pas lorsque nous n’avons pas les compétences.

 

3. Montrez de la reconnaissance

Pour être parfaitement épanouis dans notre travail, nous avons tous besoin de reconnaissance : nous voulons savoir que ce que nous faisons est reconnu par nos pairs, que l’on est utile. Pourtant, témoigner sa reconnaissance est encore loin d’être ancré dans la culture de toutes les entreprises. Alors n’hésitez pas à initier cette dynamique : pensez à dire merci quand vos collègues vous apportent leur aide. Pensez à souligner la qualité du travail, quand vous voyez que quelqu’un s’est donné à fond. Avec le temps, et notamment si la direction encourage ces pratiques, cela peut devenir une vraie dynamique, et vous verrez que cette reconnaissance vous sera rendue.

En attendant, si la reconnaissance n’est pas encore au rendez-vous, n’hésitez pas à être purement et simplement reconnaissant envers vous-même : dans un carnet, consignez vos petites et grandes réussites. En les écrivant, vous en prendrez pleinement conscience, et en les relisant, vous ressentirez de la fierté…. Une sorte d’auto-reconnaissance !

 

Participez à notre initiation aux premiers secours psychologiques !

Nous l’avons vu dans cet article, la santé mentale est un enjeu de santé publique majeur. Et chez mindDay, nous sommes convaincus que tout le monde devrait avoir accès au bien-être mental. C’est pourquoi, à l’occasion de la journée mondiale de la santé, mindDay vous propose un atelier dédié aux premiers secours psychologiques. 

Comme nous apprenons les gestes de premiers secours pour être en mesure de procurer les premiers soins en situation d’urgence, nous devrions également être capable d’agir lorsque nous nous retrouvons face à quelqu’un en détresse psychologique. Pour ce faire, nous vous proposons une initiation de 1h30 aux premiers secours psychologiques, gratuite et accessible à tous, sans pré-requis nécessaires.

L’objectif ? Rompre avec les tabous autour de la santé mentale et en finir avec les jugements face à quelqu’un en détresse. Si chacun est capable de repérer les premiers signes et d’adopter les bons réflexes de premiers secours psychologiques, nous avons la conviction que nous pourrons tous, à notre échelle, agir pour une meilleure santé mentale. Hervé Montés, cofondateur de mindDay, psychiatre et psychothérapeute depuis plus de 20 ans, vous initiera aux bons comportements et aux interventions possibles face à quelqu’un en souffrance psychologique.

Alors on vous donne rendez-vous le 12 octobre de 11h30 à 13h !