Les vertus du storytelling

Les vertus du storytelling

Le storytelling, ou l’art de se raconter, n’est pas seulement un outil marketing. On peut l’utiliser pour soi afin de gagner en bien-être mental.

De plus en plus d’entreprises ont recours au storytelling pour communiquer : elles se racontent intimement et partagent des anecdotes pour susciter l’émotion. Mais le storytelling n’est pas seulement un outil marketing, il est aussi un outil de bien-être mental que nous pouvons utiliser à titre personnel pour être plus épanoui. Décryptage et conseils.

Le storytelling, de l’outil marketing au pilier du développement personnel

Le « storytelling », que l’on peut traduire en français par « narration », est une méthode de communication utilisée par un grand nombre d’entreprises, qui choisissent de raconter leur histoire comme on raconte un roman, afin de créer du lien avec les clients et les prospects. Par exemple, la marque Apple nous évoque davantage Steve Jobs, le fondateur, ses punchlines et son parcours, que l’iPhone lui-même. Nous sommes davantage touchés par le discours de la marque que par ses produits. Idem avec Nature et Découvertes, qui nous propose de voyager dans la nature en magasin, ou encore Intermarché ou Monoprix, qui réalisent des pubs qui suscitent de belles émotions.

Mais le storytelling n’est pas l’apanage des grandes marques. Les start-up s’en emparent aussi en partageant les coulisses de leur création et de leur quotidien. Idem pour les indépendants : une sophrologue racontera aisément qu’elle a connu un burnout avant de transformer cette épreuve en reconversion. De quoi en conclure que le storytelling est aussi un moyen de se raconter soi-même. Et c’est là que ça devient intéressant : et si, alors que nous n’avons rien à vendre, le storytelling pouvait contribuer à notre épanouissement personnel ?

Développer son propre storytelling pour prendre soin de son bien-être

Créer son propre storytelling revient à écrire sa propre narration. Mais en quoi est-ce un outil de bien-être personnel ? Tout d’abord, travailler son propre storytelling invite à l’introspection, puisque que le storytelling exige de se poser une question de taille : « Qui suis-je ? ». On examine ses qualités, ses défauts, son parcours et ses projets. Cet exercice libérateur nous apprend à mieux nous connaître, et là se trouve la base de notre bien-être : savoir qui nous sommes est une force. 

Établir son storytelling concède un autre avantage : nous savons nous présenter aux autres en quelques mots et avec authenticité. Un point fort pour tisser des relations ou les entretenir. Et, à l’instar des marques, on peut utiliser notre storytelling pour gravir des échelons professionnels. Savoir parler de soi, de ses valeurs et des objectifs, est un excellent moyen de développer des liens propices à notre réussite.

Comment construire son storytelling ?

Écrivez tout ce qui vous définit 

Commencez par écrire qui vous êtes, comme si vous rédigiez un CV intime. Puis jouez au jeu des « pourquoi ? » pour aller plus loin. Si vous écrivez « Je vis à Toulouse », demandez-vous pourquoi. Parce que vous adorez cette ville ? Oui, mais pourquoi ? Parce que vous avez suivi votre partenaire ? Oui, mais pourquoi ? Vous obtiendrez de multiples clés pour vous définir.

Injectez de l’émotion

Maintenant que vous avez dressé votre portrait, introduisez de l’émotion à travers des histoires et des anecdotes. Certains épisodes de votre vie témoignent de vos choix, de votre caractère, de vos qualités. Ajoutez-les pour illustrer votre récit.

Ennuyez-vous

Vous manquez d’inspiration ? Prenez le temps de vous ennuyer et passez du temps avec vous-même. Ces moments de vide, en apparence, sont en réalité extrêmement riches : c’est dans le silence que l’introspection démarre.

N’ayez pas peur de vos échecs, au contraire

Un bon storytelling ne raconte pas une histoire parfaite. Osez mettre le doigt sur ses échecs ou ses difficultés pour vous décrire, car chaque fois que nous avons échoué, nous avons appris, grandi, et pris une nouvelle direction. Cela vous permettra également de relativiser vos échecs, de pratiquer l’autodérision et de réaliser que votre parcours est grand.

Entraînez-vous 

Une fois que vous possédez votre base d’informations, exercez-vous à vous raconter pour structurer votre propos. Vous pouvez parler tout seul, chez vous, ou vous tester auprès de vos proches.

Utiliser son storytelling pour se sentir mieux au quotidien

Votre storytelling est prêt, ou presque ? Ne vous inquiétez pas s’il n’est pas abouti : il faut du temps pour le mettre en place, et un storytelling encore brouillon est déjà un outil de bien-être. Car maintenant que vous avez écrit votre histoire, vous pouvez la convoquer au quotidien pour gagner en épanouissement. Concrètement, en cas de coup de mou ou d’angoisses, votre storytelling est un excellent support : répétez-le comme un mantra. Ce réflexe vous permettra de vous rappeler qui vous êtes et de réaliser que vous êtes unique. C’est valorisant. Donc oui à la méditation ou au sport quand ça ne va pas, mais oui aussi au storytelling !

De la même façon, utiliser votre storytelling au quotidien vous aidera à accueillir la vie et ses évènements avec davantage de confiance en vous et de bienveillance envers vous-même : grâce à votre storytelling, vous comprenez pourquoi vous paniquez parfois, pourquoi certaines situations vous rendent triste et vous apprenez à gérer vos émotions… Votre storytelling contient des centaines d’indices quant à votre façon d’être, de réagir, de travailler. 

Le storytelling pour réaliser ses rêves 

Le storytelling est un outil utile au développement personnel qui, en plus de participer à l’amour de soi et à la prévention du bien-être mental, nous encourage à baliser notre avenir : en racontant qui nous sommes aujourd’hui, nous racontons qui nous voulons devenir. Alors n’hésitez pas à imaginer votre storytelling du futur pour identifier vos rêves et les réaliser !