Santé mentale en entreprise : quel est le rôle des managers ?

Santé mentale en entreprise : quel est le rôle des managers ?

La question de la santé mentale des collaborateurs est devenue un véritable enjeu dans les entreprises, mais quel rôle ont-elles à jouer exactement ?

La pandémie de Covid 19 nous a montré, plus que jamais, que la santé mentale des collaborateurs est un sujet de premier ordre pour les entreprises : télétravail imposé, retour au bureau ou sortie de confinements difficiles… La crise sanitaire a fait exploser les troubles psychologiques et a mis en lumière les difficultés rencontrées par certains au travail. Pour réagir face à ces difficultés, les managers sont en première ligne, puisqu’ils sont au contact direct des équipes, au quotidien. Et pourtant, il n’est pas forcément aisé de trouver l’équilibre entre s’impliquer dans la santé mentale des collaborateurs et rester dans son rôle de manager avec des objectifs à tenir… mindDay vous livre ses pistes pour adopter la posture parfaite !

Pourquoi s’investir dans le bien-être mental des collaborateurs ?

Selon l’Union Nationale des Amies et des Familles de Malades psychiques, on dénombre 600 000 personnes en handicap psychiques en France. Parmi eux, environ la moitié présentent des troubles psychotiques graves. Afin de prévenir les troubles graves et les situations d’urgence, nous pouvons jouer un rôle auprès de notre entourage, mais aussi de nos collègues, notamment en tant que manager.

Veiller avec bienveillance à la santé mentale et physique des collaborateurs

La première bonne raison de s’investir dans le bien-être mental des collaborateurs, est bien sûr, de favoriser leur bonne santé. Rien de pire que de voir, parmi ses équipes, des personnes s’effondrer et plonger dans un burn-out ou une dépression. C’est par ailleurs tout l’intérêt de s’investir, en tant que manager, auprès des collaborateurs : faire de la prévention pour éviter le stade de l’urgence.

Bien sûr, cela demande d’être capable de détecter les signaux d’alarme, de reconnaître les symptômes d’une dépression, ou les symptômes d’un burn out ; nous y reviendrons plus tard. 

Si la raison première est de favoriser la bonne santé des équipes, un collaborateur en mal-être représente un coût pour l’entreprise (productivité, efficacité, arrêts maladie répétés, etc.). Nous avons donc tous à gagner à veiller à la santé mentale de chacun : les collaborateurs y trouvent un véritable épanouissement, et l’entreprise obtient de meilleures performances.

 

Libérer la parole autour de la santé mentale

Quand un manager encourage les équipes à prendre soin de leur santé mentale, c’est une bonne manière d’ouvrir le dialogue. C’est en libérant la parole autour de la santé mentale, même dans un cadre professionnel, que l’on peut parvenir à briser les tabous. Et c’est bien souvent le fait de fermer les yeux sur la question des troubles psychologiques qui mène à des situations dangereuses. Proposer des ateliers ou des conférences sur le bien-être mental peut, par exemple, être une bonne manière de créer une discussion 

De plus, encourager les équipes à s’exprimer va enclencher une logique d’amélioration continue vis-à-vis du bien-être des collaborateurs : ce sont les mieux placés pour donner un feedback concret sur le poids des process en interne, sur la gestion du temps ou le rythme de travail, etc. Leurs retours précieux sur ces sujets pourraient bien permettre d’adapter les process pour favoriser l’épanouissement au travail (et tant qu’à faire, la productivité).

 

Encourager l’épanouissement au travail

Car oui, c’est bien de l’épanouissement professionnel qu’il s’agit. Adopter de bonnes pratiques pour favoriser la santé mentale des équipes, c’est la meilleure manière de les accompagner dans leur épanouissement, dans la réalisation de soi, en tant que professionnels. A la clé ? Des collaborateurs heureux, au sommet de leur potentiel, pour une ambiance de travail et des performances au beau fixe.

Si ce constat est vrai pour les collaborateurs, il l’est aussi pour les managers : en s’investissant auprès des équipes, le manager développe son intelligence émotionnelle : il sera plus à même de comprendre les comportements et les réactions de chacun, pour s’adapter et tirer les collaborateurs vers le haut. Une bonne manière de créer une équipe performante, mais aussi de se sentir à l’aise et pertinent dans son rôle de manager.

Améliorer sa marque employeur et son attractivité

Du côté de l’entreprise, la mise en place de bonnes pratiques autour du bien-être des collaborateurs présente de nombreux avantages. Nous l’avons vu, sur les performances, mais aussi sur la marque employeur. Une entreprise qui prend soin de ses équipes, c’est une entreprise plus attractive, qui attire les talents, mais qui sait aussi les garder sur le long terme et limiter le turnover.

 

En tant que manager, quelles pratiques adopter pour favoriser le bien-être des équipes ?

Montrez l’exemple

Vous voyez, ce moment au cours d’un rendez-vous, où au fil des échanges, vos collègues se mettent à tutoyer le client ? Et puisque vous voyez que cela va à tout le monde, vous vous mettez à tutoyer votre client également ? Nous agissons tous par mimétisme, pour adopter les codes qui semblent adéquats à chaque situation. Avec vos équipes, ce constat est aussi vrai : si les collaborateurs entendent le manager parler de son bien-être mental de manière transparente, ils arriveront plus facilement à prendre la parole sur ces sujets. En ce sens, montrez l’exemple, levez les tabous en parlant de vos propres difficultés, de vos bonnes pratiques, afin d’ouvrir le dialogue.

 

Faites des points réguliers avec vos équipes

Par faire des points, on ne veut pas dire convoquer chaque collaborateur pour un interrogatoire en bonne et due forme sur son bien-être mental. Cela peut passer par des moments « off » et des questions simples : demander « comment ça va aujourd’hui ? » pendant la pause-café, prendre des nouvelles de la famille d’un collaborateur pendant le déjeuner, etc. Soyez à l’écoute de ce que partagent vos équipes pendant vos échanges.

Vous pouvez aussi garder systématiquement un temps d’échange en amont ou en aval de chaque réunion, pour faire un tour de table de l’humeur du jour, par exemple. Cela demande de vous placer en écoute active, et d’être capable de relancer la discussion avec tact. En ce sens, la communication non-violente peut vous être d’une grande aide. Cela demande aussi de prendre chaque collaborateur dans son unicité et de s’adapter en fonction (changer d’approche, être flexible sur certaines dispositions, etc.)

 

Fixez des indicateurs de performance pour agir de manière concrète

Une stratégie efficace pour améliorer le bien-être mental des collaborateurs nécessite de prendre des indicateurs de performance concrets, pour savoir si les choses vont dans le bon sens. Ainsi, fixez des objectifs clairs et concrets : demandez aux collaborateurs chaque mois de noter leur niveau de stress, de joie, la qualité de leur sommeil, etc. Vous pouvez passer par des questionnaires anonymes pour avoir des réponses honnêtes et transparentes. En fonction de ces réponses, vous pourrez prendre des mesures, aménager certains process, ou remonter à la direction les points d’alerte ou de blocage.

 

Ancrez le bien-être mental dans la culture d’entreprise

En matière de santé mentale, il appartient aux entreprises de briser les tabous. Nous l’avons vu, cela passe par une ouverture de la discussion à travers les managers, par la mise en place de points réguliers ou des questionnaires. Mais vous pouvez aller encore plus loin pour ancrer la question du bien être mental dans la culture d’entreprise : organiser des conférences et ateliers, vous former aux premiers secours psychologiques pour pouvoir intervenir en cas d’urgence, ou encore, vous formez pour reconnaître au mieux les symptômes d’une dépression ou d’un burn-out. Chez mindDay, nous pouvons vous accompagner dans cette démarche : formations et ateliers auprès des collaborateurs, contenus pédagogiques et fiches pratiques, nous vous aidons à démocratiser la question de la santé mentale !

 

Manager et santé mentale des équipes : une action limitée

Les bonnes raisons pour s’investir dans la santé mentale des collaborateurs ne manquent pas, et les bonnes pratiques possibles et imaginables non plus… Mais il y a aussi des limites, en tant que manager, à endosser ce rôle de « coach » ou de psychothérapeute.

 

Protéger la santé mentale du manager

Pour un manager, il peut être difficile de rester dans une position à la fois professionnelle et sécurisante. Créer du lien et être à l’écoute ne veut pas dire porter les problèmes des collaborateurs sur ses épaules. Et pourtant, trouver cette juste mesure n’est pas chose aisée. Il faut être capable de prendre du recul, avoir un ancrage suffisamment solide, afin d’être disposé à écouter et accompagner les collaborateurs.

 

Le manager n’est pas un professionnel de santé

Autre limite : le manager n’est pas un psychothérapeuthe, ni un coach de vie. Il est aux premières loges pour repérer quelqu’un en mal être, et est bien souvent le mieux placé pour faire une première évaluation du risque. Il est important d’avoir une première ligne à l’écoute et consciente de ces sujets, c’est pourquoi former les managers aux premiers psychologiques est crucial.

 

Néanmoins, le rôle d’un manager s’arrête à la détection et aux premiers secours, mais ce n’est pas un professionnel du soin et de l’accompagnement. Il ne dispose pas des techniques pour accompagner efficacement tous les sujets.Si le manager se doit d’être attentif à la santé mentale des équipes, mieux vaut orienter les collaborateurs vers un coach ou un thérapeute qui saura comment répondre au besoin.

 

Une position difficilement neutre

Même avec toute la bienveillance du monde, un manager n’est pas neutre. Il doit suivre les directions stratégiques de l’entreprise, répondre aux demandes des clients. Son rôle est de servir les intérêts de l’entreprise. Or, les intérêts de l’entreprise et ceux des collaborateurs ne sont pas toujours concordants. Dans ce contexte, le manager manque de recul et sa position ne lui permet pas toujours d’agir de manière à aider un collaborateur en détresse, ou à mettre en place de réelles pratiques de prévention. De plus, d’un point de vue purement déontologique, les rôles de managers et de confidents ne sont pas réellement compatibles.

C’est justement une des raisons qui nous a poussé à développer mindDay : avoir un interlocuteur extérieur, dédié au bien-être des managers et des collaborateurs, avec une position neutre et une réelle expertise de la santé mentale. Nous mettons à disposition des collaborateurs des contenus pour apprendre à se connaître et à prendre soin de soi, ainsi que l’accès à une téléconsultation avec un coach ou un thérapeute. Du côté de l’entreprise, nous proposons des outils de reporting quant au bien-être mental des équipes, des ateliers de groupes et des contenus d’animation pour favoriser la santé mentale des collaborateurs. Contactez-nous !

 

Nous avons choisi ici d’évoquer le rôle de l’entreprise et du manager dans la santé mentale des collaborateurs. Néanmoins, nous avons tous un rôle à jouer vis-à-vis de la santé mentale de nos collègues, de nos amis, de notre famille. Un rôle d’écoute, de prévention, mais aussi un rôle d’action quand l’urgence se fait sentir. Pensez tout de même à vous protéger, à ne pas vous charger des émotions négatives des autres, et ne vous improvisez pas psychologue en cas de situation à risque. Si vous vivez un moment difficile ou si vous voyez quelqu’un en difficulté psychologique, mieux vaut se tourner vers un professionnel de santé.